Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La persuasion

Un jeune étudiant eut une nuit un rêve étrange.

Il désirait en connaître le sens et se rendit chez une femme réputait pour son habileté a interpréter les songes.

Il lui confia un rêve avec des bêtes fabuleuses et des paroles solennelles qui ne présageait rien de mauvais, mais ne lui promettait pas ce qu'il désirait.

Une fois le verdict prononcé, ils parlaient aimablement des mystères du monde qui peuplent la vie, lorsqu'on frappa à la porte.

Le jeune homme avait une grande envie de poursuivre sa conversation avec cette femme pleine de sagesse.

Elle le sentit, lui sourit avec indulgence, le prie par le bras et le conduisit dans le pièce à côté.

" Retire toi dans cette pièce, le temps que je reçoive cette personne, quand elle sera partie, nous parlerons encore ".

Le jeune étudiant cachait, tendit l'oreille pour entendre la conversation.

Il écouta le rêve de l'autre et son interprétation.

" Ce rêve est le plus faste qu'il m'ait jamais été donné d'entendre ". Dit la femme.

" Gardez secret ce cadeau du ciel, car il est aussi précieux qu'un trésor.

Il vous promet un destin fantastique, et votre fortune sera grande.

Marchez avec confiance dans la vie qui vous est donnée, la chance vous accompagne ".

Quand le silence fut revenu, l'autre parti, le jeune homme sortit de sa cachette.

" Comme j'aimerai être à la place de cet homme ! " Dit-il songeur.

" Pourquoi lui avez-vous dit qu'il devait garder son rêve secret ? "

" On pourrait le lui voler et il en perdrait les bénéfices ". Répondit la femme.

Le jeune homme émerveillait : "Si j'entre comme il l'a fait et que je vous raconte son rêve de la même façon, sa bonne chance me revient ? "

" Bien sur, que pourrais-je dire d'autre ?

Assurément son destin serait le tient ".

" Absurde ! " Grogna le jeune homme.

" Ta naïveté est émouvante, sors d'ici, reviens comme il l'a fait, parle moi comme il m'a parlé, écoute moi comme il m'a écouté, que risques-tu ?

Je veux bien être ta complice par faiblesse pour ton aimable figure ".

Le jeune étudiant, revient d'un pas ferme, répéta le récit du rêve de l'autre sans rien omettre et entendit avec ravissement l'éminente fortune de son destin.

Il offrit tout l'argent qu'il avait en poche et s'en alla.

Quelques années plus tard, après des sages études, il devint un homme savant, et son formidable destin se réalisa.

Dans sa centième année, il confia le secret a un ami auteur.

Il expliqua comment, il avait autrefois volé un rêve faste et il finit par ces mots :

" Absurde n'est ce pas ? "

Il quitta la vie dans un dernier soupir, le visage illuminé par un sourire parfait.

 

 

Tag(s) : #Mythes modernes